Présentation de l'axe socio-économique et culturel

Printer-friendly version

Objectif : développement durable et création d'emplois

La raison d’être de l’axe socio-économique et culturel est l’épanouissement socioculturel de toute la communauté et de la jeunesse en particulier, la création d’emplois et de servir de modèle de développement intégré et durable. Cet axe a également le but de garantir l’autonomie et la pérennité des activités de la Maison Shalom.

Le véritable développement commence dans les esprits des personnes qui composent la société. C’est cet épanouissement socioculturel et spirituel  que la Maison Shalom recherche à travers  la bibliothèque, par la formation en informatique et les activités récréatives et éducatives du Cinéma des Anges et de la piscine. Ces activités ouvrent de nouveaux horizons à toute la communauté et à la jeunesse surtout.

L’autre but recherché est la création d’un plateau de services qui rendent aisée la vie des habitants de la province des Ruyigi et des touristes qui viennent des autres provinces et de l’étranger : services d’hôtellerie, restauration, approvisionnement en carburant, réparation automobile, etc. Ainsi la Maison Shalom crée de l’emploi non seulement pour les jeunes ayant évolué dans la Maison Shalom et qui n’ont pas pu continuer leurs études mais également pour d’autres jeunes au chômage. Cet axe contribue au relèvement communautaire de la population, l’amélioration des conditions socio-économiques des familles.

L’axe socio-économique vise également la réintégration socio-économique des jeunes vulnérables ayant déjà dépassé l’âge scolaire. Ces jeunes sont formés à différents métiers et sont en même temps encouragés à travailler ensemble dans des associations professionnelles au sein de la communauté. A travers les formations en mécanique, menuiserie, plomberie et couture, ces jeunes deviennent autonomes et des acteurs du développement communautaire.

Les fonds générés dans les différents services développés dans cet axe permettent en plus de financer certaines activités de la Maison qui ne sont pas financées par les fonds externes. La finalité est donc l’augmentation de  l’autonomie des activités de la Maison Shalom par rapport aux financements externes pour garantir leur pérennité.

Contexte

Plus de 90% de la population du Burundi vit de l’agri-élevage. La province de Ruyigi est depuis longtemps le théâtre d’ONG qui travaillent dans l’urgence, en distribuant même de l’aide alimentaire alors que le pays est déjà dans la phase de développement. Une très faible production agropastorale et une dépendance à l’aide alimentaire sont une triste réalité à Ruyigi, avec toutes les conséquences qui en découlent : malnutrition, pauvreté généralisée et manque de soins de santé, etc.  Il est donc primordial d’embarquer toute cette partie de la population œuvrant dans ce secteur pour aboutir à un développement durable. Le but  ultime des activités agro-pastorales de la Maison Shalom est de créer un mouvement coopératif des habitants de la province pour rehausser le niveau de vie de la communauté, sauver la population de la dépendance à l’aide alimentaire et lui redonner ainsi sa dignité.