Hôpital REMA

Printer-friendly version

L’Hôpital REMA est un établissement créé et géré par la Maison Shalom. Il a été inauguré le 22 janvier 2008 et joue un rôle essentiel au cœur du système de santé du Burundi. Il contribue largement aux progrès réalisés dans la région de Ruyigi. De plus, en offrant de multiples emplois, il participe au développement économique de la ville.

Théoriquement, la population cible de l’Hôpital est celle du district sanitaire de Ruyigi estimée à 106184 personnes en 2012. Toutefois la réalité est différente et ce chiffre est largement sous-estimé. En plus de la province de Ruyigi, l'Hôpital REMA accueille de nombreux patients provenant d'autres provinces du centre-est du Burundi.

L’hôpital se situe au cœur même d'une région dont les habitants sont démunis. Une situation qui impose une assistance particulière pour pouvoir répondre aux différents problèmes de santé engendrés par la pauvreté.

La raison d’être de l'Hôpital REMA trouve son origine dans la logique globale de l’objectif que la Maison Shalom s’est assigné : «Mettre tout en œuvre pour qu’il n’y ait plus d’orphelins générés par la guerre ou les maladies.»

Les missions de l’Hôpital REMA

La mission de l'Hôpital REMA est de :

  • prodiguer des Soins de santé de qualité, accessibles à toute la communauté, particulièrement aux personnes démunies,
  • contribuer à l’amélioration continue de la santé et du bien être de la communauté, offrir un cadre de développement humain et de formation continue à chaque membre du personnel ainsi qu’à tous les professionnels de la santé.

Etant donné que la grande majorité des patients de REMA vivent dans une extrême pauvreté, ces gens ne peuvent logiquement pas payer les coûts des soins qu'ils ont reçus. Pour palier à cette difficulté, l'Hôpital REMA a mis en place un système qui permet à ces personnes de contribuer au développement de l'établissement. Une fois guéris, ces anciens patients – ou des membres de leurs familles – reviennent s'occuper du jardin potager de l'Hôpital ou amènent du bois de chauffage pour préparer la nourriture des malades. Ce travail permet d'approvisionner la cantine de REMA, d'améliorer l'alimentation des patients et des enfants qui la fréquentent. Ainsi, les bénéficiaires des services de l’Hôpital comprennent petit à petit que l’Hôpital est le leur et non l’apanage de la Maison Shalom uniquement; qu’ils doivent devenir des acteurs du développement de l’Hôpital et non de simples spectateurs ou bénéficiaires.

Depuis janvier 2009, l'Hôpital REMA a également adhéré, au même titre que les hôpitaux publics et privés agréés par le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le SIDA (MSPLS) à la mesure de prodiguer des soins subventionnés aux enfants de moins de cinq ans, ainsi qu'aux femmes enceintes, depuis la conception jusqu’à l’accouchement. Cette décision a eu un impact positif sur le nombre d’enfants reçus en consultation externe et en hospitalisation et, ainsi que sur le nombre de naissances enregistrées.

Autre étape importante : en avril 2010, l'Hôpital REMA, comme d'autres établissements agréés ou publics, a adhéré à la politique nationale de Financement Basé sur les Performances (FBP). Ce changement a eu un impact positif immédiat sur la quantité et la qualité des soins. Par contre, sur le plan financier, les conséquences sont néfastes pour ne pas dire désastreuses. Les retards de remboursement des frais dus par le MSPLS, le décalage entre les tarifs pratiqués dans le système FBP et le coût réel des prestations occasionnent des manques à gagner importants. Cela réduit énormément les fonds de roulement de l’Hôpital et gène considérablement son fonctionnement normal.

D’autre part, l’implantation de l’Hôpital au milieu d’une population démunie l'amène à soigner un nombre important de patients indigents avec un impact financier négatif. Continuer à soigner ces indigents est un grand challenge, mais c’est pour cette même raison que l’Hôpital a été implanté exactement en cet endroit pour donner la chance aux plus démunis d’accéder aux soins de qualité.

Qu’à cela ne tienne, l’Hôpital REMA dispose d'atouts laissant entrevoir une amélioration notable de la santé de la population locale à savoir :

  • Un plateau technique amélioré par rapport à celui des hôpitaux environnants;
  • Les opportunités de formation continue de la part des partenaires du Nord qui envoient des spécialistes pour améliorer le savoir-faire de l’équipe locale et l’appuyer dans ses prestations;
  • Un appui de la part du Gouvernement du BURUNDI via le MSPLS qui s’améliore de plus en plus. En décembre 2011, le MSPLS a signé avec la Maison Shalom une convention dans laquelle il promet l’appui en personnel et en moyens financiers à l’Hôpital REMA. Cela n’était pas le cas auparavant et cette convention a été le fruit d’une patience et d'une persévérance sans égal.  

Il est clair que l’action de l’Hôpital REMA contribue à diminuer les taux de morbidité de certaines maladies au niveau régional.