Maison Shalom Rwanda

Printer-friendly version

Présentation 

Depuis le 26 avril 2015, le Burundi en général et la Mairie de Bujumbura en particulier ont connu des problèmes liés aux manifestations contre le troisième mandat du Président Pierre NKURUNZIZA. Des tueries ont été opérées par la Police Nationale et les IMBONERAKURE dans la mairie de Bujumbura qu'à l'intérieur du pays par des grenades et des tirs à balles réelles. 
Ces manifestations ont été organisées par la Société Civile Burundaise et les partis politiques d'opposition. Les Organisations de la Société Civile ont prévenu depuis le début de l'année 2013 le Président NKURUNZIZA de ne pas penser au troisième mandat car il serait inconstitutionnel et contraire à l' Accord d'Arusha. Des tentatives de modification de la Constitution pour permettre au Président de briguer ce  troisième mandat on été entreprises mais en vain. C'est ainsi que le lendemain de l'annonce de sa candidature, dimanche le 26 avril, les membres des partis politiques d'opposition et des Organisations de la Société Civile ont commencé à manifester en Mairie de Bujumbura. Les jours qui ont suivi, les manifestations ont été organisées dans les autres provinces du pays comme Gitega, Bujumbura Rurale, Ngozi, Bururi, Cankuzo, et Mwaro. Bien que les organisateurs de ces manifestations aient toujours prôné des manifestations pacifiques, la Police Nationale du Burundi a intimé l'ordre de tirer à balles réelles les manifestants dans les différentes provinces.

 Cela a déjà fait plus de 200 morts et plus de 500 personnes blessées et hospitalisées, plus de 1800 personnes arrêtées et emprisonnées dans les différents cachots des commissariats provinciaux ainsi que des milliers de gens qui se sont déplacés dans des endroits supposés en peu calme.  Plus de 200.000 personnes se sont déjà refugiées dans les pays limitrophes près de 63000 au Rwanda dans le camp de Mahama et dans ces villes comme Kigali et Huye .

Une grande partie de ces refugiés du camp de Mahama proviennent des provinces d'intervention de la Maison Shalom comme les provinces de Ruyigi et Cankuzo. La Maison Shalom va réaliser des activités d'appui à ces refugiés dans le cadre de la continuité des appuis antérieurs. Ceci va les aider à garder le courage et la détermination à un lendemain meilleur mais aussi de les préparer à un retour au pays pour continuer les activités de développement.

 Problèmes majeurs : 
ü  prostitution pour les jeunes filles ;
ü  délinquance des jeunes suite au désœuvrement;
ü  prise des stupéfiants, alcoolisme;
ü  désespoir suite à non accès des ressources pour nourrir convenablement leurs enfants en particulier et leurs familles en général;
ü  d'accès limité à l'information de leur pays d'origine;

 Ceux qui sont dans la ville de Kigali et les autres villes sont exposés aux problèmes de:
ü  désœuvrement qui conduit à la prise excessive d'alcool, les jeunes boivent de l'alcool jusqu'au petit matin comme nous l'avons observé dans certains bars;
ü  la prostitution des jeunes filles pour bénéficier des besoins quotidiens comme l'alimentation, le matériel hygiénique etc;
ü  Insuffisance des moyens de subsistance.

 Pour palier à tous ces problèmes, la Maison Shalom va développer des activités d'appui aux refugiés qui sont au Rwanda au camp de MAHAMA et dans les villes pour leur permettre de s'occuper utilement et gagner des revenus pour faire vivre leurs familles.

Activités
Ces activités vont s'orienter dans trois axes principaux :

1° Appui  psychosocial:
ü  Location des maisons pour les blessés et rescapés des tueries de la police ;
ü   soins de santé pour ces derniers et pour ceux qui arrivent ces jours-ci car le HCR n'octroient pas depuis 3 mois des soins de santé aux refugiés ayant l'âge de 13-59 ans. Seuls les moins de 13 ans et les plus de 60 ans sont soignés avec les femmes enceintes. Nous avons donc été obligés d'octroyer des soins de santé aux blessés lors des manifestations ;
ü  un service d'appui psychologique est aussi disponible pour des cas nécessiteux.

2. Appui en renforcement des capacités
Formation des cadres et les jeunes réfugiés qui sont dans la ville de Kigali et les environs pour qu'ils aient une occupation utile au lieu de se livrer à l'alcool ou autres pratiques dégradant. Les catégories de toutes les personnes refugiées sont représentées dans ces formations comme les représentants de la société civile, des jeunes, des partis politiques et les représentants des femmes.

Les formations seront qui seront organisées :
ü  l'élaboration des projets
ü  le suivi-évaluation des projets de développement
ü  le leadership
ü  la bonne gouvernance
ü  la Décentralisation  etc.

Nous réalisons ces formations en collaboration des Professeurs d'Université qui ont fui aussi et qui sont ici au Rwanda et avec d'autres Experts en Développement se trouvant ici au Rwanda. 

3. L'appui économique aux refugiés burundais

Préparer et former les refugiés pour pouvoir réaliser des activités de développement comme le petit commerce, l'élevage, les métiers et même l'agriculture. Ils seront  formés en constitution et gestion des coopératives ainsi l'élaboration des microprojets. L'objectif est que les enfants ne souffrent pas de la pauvreté de leurs parents refugiés par manque d'une alimentation équilibrée, les familles vont se procurer des compléments nutritionnels comme les légumes et les fruits qui ne sont pas donnés par le HCR. 

Un objectif important de ce volet est qu'après le rapatriement quand le pays aura retrouvé la paix, les rapatriés vont rentrer avec des innovations et connaissances qui vont les aider à pouvoir se développer. Un total de 200 personnes seront appuyés en financement de leurs microprojets.

Pour favoriser une cohésion sociale entre les refugiés et la population hôte, 20% des ménages rwandais autour du camp de MAHAMA seront appuyés en financement de leurs microprojets. Ils seront intégrés dans les coopératives des refugiés et ces derniers pourront bénéficier des terres pour l'agriculture par exemple.

Réalisations au 31 janvier 2016

  • 11 jeunes blessées lors des manifestations ont été appuyés pour les soins de santé;

 

  • 26 jeunes blessés lors des manifestations et leurs gardes malades ont bénéficié des frais de location des maisons;
  • 19 femmes veuves ont été appuyées en alimentation de leurs enfants, en frais de santé et en scolarisation de leurs enfants; 90 enfants ont été appuyés pour la mise à niveau en anglais;
  • 2 séances de formation de 5 jours sur la gestion des projets et l'élaboration du Plan Stratégique organisées à l'intention du personnel, des cadres refugiés et de nos partenaires;
  • 72 microprojets reçus pour bénéficier de l'appui en microcrédits, ils sont en cours d'analyse;
  • Une fête de Noël a été organisée à l'endroit de 25000 enfants burundais refugiés;
  • 100 femmes veilles refugiées au camp de MAHAMA appuyées en pagnes et produits d'hygiène;
  • 450 filles scolarisées refugiées au camp de MAHAMA appuyées en produits d'hygiène;150 jeunes en cours d'apprentissage des métiers dans les différentes écoles des métiers du Rwanda dont 50 externes et 100 internes;
  • 150 jeunes élites de l'Ecole Secondaire identifiés élites pour bénéficier de l'appui à la scolarisation début de l'année en février 2016;
  • Une famille refugiée dont le mari était très malade a bénéficié d'un appui en soins de santé, actuellement sa santé a considérablement évolué.

 

Perspectives 2016

  •   Appui à la poursuite des études universitaires aux jeunes réfugiés burundais
  •   Organisation et encadrement des activités culturelles