Formation universitaire des réfugiés burundais au Rwanda

Printer-friendly version

Introduction 

Dans la communauté burundaise réfugiée au Rwanda, plus de 500 jeunes fréquentaient les différentes universités ou venaient de terminer la formation secondaire au moment de leur départ en exil. Au Rwanda, comme dans d’autres pays où ils sont, rien n’est organisé pour les étudiants de niveau supérieur et universitaire.

Au 30 Juin 2016, on recensait 384 étudiants de niveau supérieur universitaire qui, sur base d’une étude socio-économique, ne disposent pas des moyens nécessaires à la poursuite de leur formation. Ce chiffre est cependant toujours susceptible d’évolution au vu de la situation d’instabilité actuelle.

Ces jeunes, forces vives du Burundi, mais réfugiés et livrés à eux-mêmes dans les camps ou les familles d’accueil, sont exposés à la délinquance en tous genres ; l’engagement dans les groupes ou mouvements armés; la prostitution pour les jeunes filles, la prise excessive d'alcool  et désespoir et dépression face au désœuvrement et à un avenir incertain.

Objectif

L’Objectif du projet est de prévenir la délinquance et la participation aux groupes armés des jeunes Burundais réfugiés au Rwanda,  et le préparer à un retour contructif du Burundi

Résultats

Formation

341 jeunes réfugiés burundais ayant terminé la formation secondaire ou ayant abandonné leur formation universitaire suite à la crise du Burundi sont régulièrement inscrits et poursuivent leur formation universitaire. 10 d'entre étudient en France et les autres au Rwanda 

Relèvement économique

Maison Shalom développe déjà un projet d’appui économique en faveur des femmes ayant des enfants de l'âge de moins de 5 ans et les jeunes. Les étudiants relevant de la catégorie des « jeunes », ils pourront bénéficier de ce volet "appui économique". Cela leur permettra de gagner en autonomie financière pour pouvoir, à terme, assumer eux-mêmes une partie de leurs besoins pendant la formation supérieure.