Impact de la crise burundaise sur les enfants de moins de 18 ans.

Printer-friendly version
Impact de la crise burundaise sur les enfants de moins de 18 ans.

La crise sociopolitique que traverse le Burundi n’épargne pas les enfants de moins de 18 ans. Depuis l’ouverture du centre de rééducation  des mineurs en conflit avec la loi de Ruyigi, le 24 avril 2015, l’effectif des mineurs incarcérés augmente chaque mois (Avril : 31 ; Mai :37 ; Juin :39 ; Juillet : 49). Le passage de 39 à 49 enfants  entre juin et juillet  est un cas particulier qui s’expliquerait par le fait que 10  enfants arrêtés et incarcérés le 28/7/2015 sont accusés d’atteinte à la sureté de l’Etat. L’assistante sociale et le psychologue de la Maison Shalom ont retiré ces derniers de la prison de Ruyigi pour les conduire au centre de rééducation et les écouter. Le constat c’est que ce sont des élèves du primaire et du secondaire qui, parait-il, avaient l'habitude de chercher du travail pendant les grandes vacances en vue de gagner de l'argent pour s'acheter du matériel scolaire. Les avocats de la Maison Shalom suivent leurs dossiers dans les parquets.