Journée Internationale de la femme

Printer-friendly version
Journée Internationale de la femme

La journée du 8 mars est dédiée à la femme au niveau internationale depuis 1977. Les femmes du monde entier fêtent cette journée qui est dédiée à leurs droits.

La Maison Shalom, qui, dans sa mission principale est la défense et la promotion des droits de l’enfant ne le dissocie pas de sa communauté ou de sa famille, d’où son implication dans la promotion des droits des femmes qui sont les piliers des familles.

  Cette journée a été fêtée au centre communautaire « Oasis of Peace » de la Maison Shalom Rwanda, en collaboration avec les femmes leaders réfugiées au Rwanda et ACAT Burundi, qui ont invitée les autres femmes réfugiées des milieux urbains et du grand camp de Mahama au Rwanda. Cette journée bien différente des autres antérieures (car fêtée dans des circonstances bien spéciales en tant que réfugiées)a été marquée de messages d’encouragement et de compassion mais aussi de détermination de rester toujours actives chacune en ce qui le concerne, de gardes la dignité de la femme burundaise et de toujours penser et se préparer à un retour constructif au Burundi. Ce contenu se retrouve dans les allocutions de Richard Nijimbere, directeur national de la Maison Shalom Rwanda, Madame Baricako, femme leader réfugiée et Maître Niyongere de ACAT Burundi .

 Témoignages accablants

Lors de ces cérémonies de la journée des droits de la femme, quelques illustrations du non respect et des violation de ces droits ont été apportées dans les témoignages des certaines burundaises réfugiées (19-54 ans) violées par les agents de la police nationale du Burundi et par des jeunes Imbonerakure affiliés au parti cndd-fdd au pouvoir depuis 2005. Elles affirment avoir été violées… certaines à maintes reprises par des groupes d’hommes armés.  Les conséquences sont importantes, SIDA, grossesses non désirées, jusqu’au amputement de certaines parties du corps.

 Ces femmes ont besoin d’une assistance psychologique, morale et même matérielle pour pouvoir surmonter ce traumatisme et ces cauchemars. Certaines on besoin d’un régime alimentaire spécifique et d’autres d’un appui financier en micro crédits solidaires qui leur permettrait de se relever et s’auto pendre en charge. Certaines organisations de la société civile burundaise promettent de leur trouver des soutients et les encouragent à dénoncer ces cas de violation de leurs droits.

Il était aussi l’occasion de visiter le stand d’exposition des produits artistiques confectionnés et vendus par des femmes réfugiées de Kigali au centre communautaire "Oasis of Peace" de la Maison Shalom Rwanda.

 International

Parallèlement, Marguerite Barankitse a effectué une tournée de conférences et de plaidoyer en occident. Après une conférence avec TEDx Warwick et les jeunes d’Angleterre du 3 au 5 mars, elle était invitée par Voices Of Faith au Vatican où elle a témoigné : " … Personne ne peut arrêter l’amour…"