24 ans d’existence, 2 ans en exil

Printer-friendly version
24 ans d’existence, 2 ans en exil

Le 24 octobre 1993, Marguerite Barankitse, alors secrétaire à l’évêché catholique de Ruyigi, est rescapée du massacre de ses collègues et amis qu’elle avait cachés pour les protéger. Elle reçoit deux fillettes Lydia et Lysette de leur mère tutsi qui a accepté de suivre son époux dans la mort.

2 puis 25…et plusieurs milliers d’enfants orphelins de guerre et de maladies ont retrouvé réfuge chez Maggy qui est devenue leur mère au vrai sens en leur créant une grande famille pacifique et réparatrice ; Maison Shalom. Pendant les moments de la guerre au Burundi, elle a gardé près de 45.000 enfants. Ils ont été nourris, éduqués, soignés et envoyés à l’école. Quand la paix est revenue, la Maison Shalom a reconstruit leurs maisons dans leur communauté d’origine et les y a réinsérés pour continuer à les appuyer dans leurs communautés. Certains qui ont pu continuer leurs écoles sont devenus des parlementaires, médecins, hauts cadres et fonctionnaires.

Pour améliorer les conditions de vie des enfants dans leurs communautés, la Maison Shalom a mis en place des mécanismes d’appui à la santé, au développement  et à l’épanouissement communautaire. L’hôpital régional Rema, l’école maternelle et primaire, l’école secondaire paramédicale St Michel, des coopératives de production agricoles et Iteka Microfinance, une salle de cinéma moderne, une piscine et une bibliothèque…

 Au 24è anniversaire, la Maison Shalom est fermée au Burundi et tous ses employés mis au chômage par le gouvernement qui l’a accusée de soutenir les manifestations contre la réélection de Pierre Nkurunziza en avril 2015. Marguerite Barankitse et certains de ses collègues, qui n’ont pas pu se taire quand ils ont vu la police tuer des enfants et adultes, ont dû s’exiler comme les autres plus de 500.000 burundais.

Deuxième année en Exil ; grâce au soutien de différents partenaires, la Maison Shalom accompagne les réfugiés burundais au Rwanda. Par l’Education (maternelle, secondaire, métier et universitaire), l’appui socio-économique, l’appui psychosocial et l’appui socio culturel, la Maison Shalom appui les réfugiés burundais au Rwanda à garder une vie digne en exil et se préparer à un retour constructif au Burundi.

La célébration des 24 ans a été l’occasion de partage de témoignage par Marguerite Barankitse et certains anciens enfants de la Maison Shalom avec le public pour leur parler des origines et évolutions de la Maison Shalom ainsi qu’une journée portes ouvertes pour leur expliquer tout ce qui concerne son travail au Rwanda ainsi qu’une messe d’action de grâce pour remercier Dieu de son amour infini et pour tout ce qu’il a accompli dans l’œuvre Maison Shalom.